globe
S o c i é t é   I n t e r n a t i o n a l e    d ' E t u d e  
 d e s     L i t t é r a t u r e s    d e     l ' E r e    C o l o n i a l e
                                                                           

         accueil

            
 Présentation de la  société

hebergement de site web

 Les littératures de  l'ere coloniale

 Les publications


                         Contacts             Liens              Adhésions              Liste des articles publiés dans ce site                Dernières mises à jour


Littérature coloniale à Madagascar                                                 [4/14]
Dominique Ranaivoson

La littérature coloniale entre 1896 et 1960


   La venue de Français s’intensifie à partir de la conquête, officielle le 4 août 1896, en même temps que l’intérêt pour la nouvelle colonie doit être entretenue en métropole. Paraissent des souvenirs de militaires , soldats (Vigné d’Octon, légionnaires anonymes), généraux (Général Duchêne, lettres de Lyautey, plus tard mémoires de Galliéni), des manuels incitatifs à la colonisation, et des contes malgaches recueillis par les Français.
  L’arrivée de cadres administratifs et enseignants va renouveler la création littéraire locale. Jean Paulhan arrive en 1908 comme professeur ; il apprend le malgache et collecte avec passion les poèmes brefs alors tombés en désuétude, les « hain-teny ». Il publie sa traduction à Paris à son retour, en 1913. Cet ouvrage reste la référence sur le genre, par ailleurs réactivé jusqu’à devenir aujourd’hui l’emblème de la littérature malgache. Charles Renel, directeur de l’enseignement entre 1906 et 1925, collecte des contes et écrit des études ethnologiques et des romans, coloniaux dans toute l’acception du terme . Des cercles se forment, avec des poètes, en particulier Pierre Camo (1877-1974) magistrat à Tananarive entre 1918 et 1934. Avec Robert Boudry, Ivan Manhès et Octave Mannoni et des écrivains malgaches (dont Jean-Joseph Rabearivelo, Paul Abraham, Robinary), il fonde en 1923 la revue littéraire 18 Degrés de Latitude SudLes cahiers malgaches. Les mêmes ou presque écrivent dans Capricorne La Revue de Madagascar, subventionnée par le gouvernement, puis dans Du côté de chez Rakoto (1938-1939). Chacune de ces revues tente d’établir un réseau de lecteurs, mais leur brève durée de parution montre que la vie littéraire a du mal à convaincre le vaste public colonial et l’oubli dans lequel sont tombés presque tous ces auteurs indique que la métropole ne s’est pas saisie de ces productions périphériques, alors qu’elle en célébrait les territoires par les expositions et les investissements massifs.
 fg                                                                                                                   fd