globe
S o c i é t é   I n t e r n a t i o n a l e    d ' E t u d e  
 d e s     L i t t é r a t u r e s    d e     l ' E r e    C o l o n i a l e
                                                                           

         accueil

            
 Présentation de la  société

 Les littératures de  l'ere coloniale

 Les publications


                         Contacts             Liens              Adhésions              Liste des articles publiés dans ce site                Dernières mises à jour


Odette du Puigaudeau : Entre idéalisme et désenchantement 1/39
Katherine Roussos 

     Personne ne mériterait mieux le titre d’explorateur qu’Odette du Puigaudeau.  Cette bretonne d’origine traversa à pied et à dos de chameau plus de 18 000 kilomètres d’une des régions les moins hospitalières du monde, partageant la vie des nomades pendant des années, tout en effectuant des recherches archéologiques, botaniques et ethnographiques.  Autodidacte, avec peu de moyens et aucun soutien officiel, elle embarque en 1933 sur un langoustier breton à destination de la Mauritanie.  Elle n’habitera plus en France sans rêver de regagner l’Afrique, de sorte qu’elle s’installera définitivement au Maroc en 1961.  Dessinatrice scientifique, journaliste, animatrice d’émissions culturelles et historiques à la radio, archéologue responsable de musée... ses activités professionnelles sont aussi variées que ses engagements politiques, allant de la Résistance jusqu’au mouvement pour le rattachement de la Mauritanie au Maroc, en passant par des convictions écologistes.  Elle a entrepris une thèse d’ethnologie, qu’elle considérait comme sa plus grande œuvre, mais qui, jamais soutenue, ne sera éditée qu’en 2002.
    Comme son prédécesseur Isabelle Eberhardt , Odette critiqua la modernisation et parfois le colonialisme, lorsque celui-ci allait à l’encontre de ses convictions.  De nature idéalistes, ennuyées par la vie sédentaire de l’Occident, ces aventurières écrivent sur le sable le roman de leur vie, traduit dans un langage direct et urgent, dans l’espoir d’un retour vers des valeurs simples et humanisantes.  Cette grande liberté, paradoxalement facilitée par le colonialisme, était peu envisageable en Europe, surtout pour des femmes.  Comme pour tous les idéalistes, le désenchantement ne leur fut pas étranger.  Tandis qu’Eberhardt le combat par sa dévotion soufie, Odette se jette dans les turbulences du monde, qu’elle commente avec une franchise entremêlée d’ironie et de satire subtiles.


 fg                                                                                                                   fd

hébergeur php hebergement sites
rencontre Odette du Puigaudeau